Armando Menicacci

Armando Menicacci
Codirecteur artistique

Directeur de la recherche et développement

Chercheur, artiste et professeur, Armando Menicacci est membre du regroupement stratégique Hexagram. Son travail prend des formes de productions plastiques, performatives et éditoriales autour des relations entre les arts, la corporéité expressive et la technologie.

Après des études de danse et de musique Armando Menicacci obtient une maîtrise en musicologie à l’Université de Rome “La Sapienza” et un doctorat sur les relations entre la danse contemporaine et les technologies numériques auprès de l’Université Paris 8 où il a fondé et dirigé le laboratoire Médiadanse entre 1999 à 2009, laboratoire fruit d’une collaboration entre l’université Paris 8 et l’association Anomos centré autour du développement des relations entre la danse et les technologies numériques en recherche, création et pédagogie. Entre 2009 et 2014 il est artiste indépendant et professeur d’Art contemporain à l’École Media Art de Chalon sur Saone.

Entre 2015 et 2019 il a été  professeur au Département de danse de l’UQAM où il a monté le programme en danse et technologie. Il enseigne également au Brésil, en Turquie, en Angleterre et en France. Il est membre fondateur du Laboratoire LAVI (Laboratoire Arts Vivants Interdisciplinaires), financé par la Fondation Canadienne pour l’innovation en 2019, laboratoire dédié à la recherche-création en danse au croisement entre les sciences, les technologies et la santé.

Il a publié trois livres  dont La Scena Digitale. Nuovi media per la danza -avec Emanuele Quinz- et de nombreux articles dans les domaines de la musique, du théâtre, mais aussi en robotique, architecture, psychologie, danse et théories des médias. Ses créations ont été exposées en Europe, Afrique, Amérique du Nord et du Sud.

Nicolas Berzi

Nicolas Berzi
Codirecteur artistique

Directeur général

Chercheur-créateur en arts de la scène et en interdisciplinarité, metteur en scène, auteur, dramaturge, concepteur audiovisuel et producteur, Nicolas Berzi développe depuis plus de quinze ans une écriture scénique collective, hybride et technologique.

Durant ce parcours artistique, il présente une dizaine de mises en scène, six desquelles dont il est l’auteur. Après avoir complété une maîtrise en philosophie sur la dissonance et la dialectique dans l’art moderne (UDEM, 2011), il fonde la compagnie de création multidisciplinaire Artiste Inconnu (Montréal, 2013) dont il assure encore la direction générale et artistique et avec laquelle il écrit, met en scène et assure la conception générale de Peep Show (2014), Héroïne(s) (2015) et Mythomania (2017), toutes présentées à La Chapelle Scènes Contemporaines.

Durant ce parcours artistique professionnel, Nicolas Berzi se voue à une recherche-création doctorale sur la mise en scène, l’injouable et le network du cowork dans les processus de créations scéniques interdisciplinaires et technologiques. En décembre 2018, il présente sa création doctorale finale à l’Agora Hydro-Québec aux côtés de quinze artistes de scène et stagiaires en théâtre, une première création en sol montréalais de la pièce Purifiés (Cleansed) de Sarah Kane. En septembre 2020, il soutient avec excellence sa thèse-création où il aura créé une nouvelle méthodologie de composition scénique pour organiser, archiver et partitionner une démarche interdisciplinaire, intégrant dispositifs de numérisation à des modèles traditionnels d’écriture scénique.

Tant dans ses recherches-créations doctorales et postdoctorales, ses laboratoires de création que ses productions professionnelles, Nicolas Berzi se consacre pleinement au déploiement des pratiques hybrides et à l’intégration des nouveaux médias aux écritures de scènes traditionnelles.

Marie Lavorel

Marie Lavorel

Chercheure et comissaire associée

​​Marie Lavorel est  chercheure (COHDS et CELAT) et commissaire d’exposition. Titulaire d’un doctorat en muséologie de l’Université du Québec à Montréal et en Sciences de l’information et de la communication de l’Université d’Avignon, ses recherches transdisciplinaires portent sur les écritures médiatiques des mémoires sensibles, l’art contemporain, les dispositifs interactifs, la danse contemporaine et la notion de temps en sciences humaines et en art. Elle porte aussi son attention sur des formes numériques et interactives de production et médiatisation du savoir qui visent à renouveler nos manières d’écouter et participe activement à des projets d’humanités numériques en histoire orale (https://livingarchivesvivantes.org/), en art de la scène (Sit) et autour de l’annotation vidéo (Canevas). Elle travaille actuellement à plusieurs projets de recherche-création où l’écoute, les temporalités multiples,  l’imaginaire et les modalités de diffusion numérique sont au centre d’une réflexion sur nos façons d’écouter l’Autre, de tisser des liens, de décoloniser nos sens et imaginaires et d’habiter la ville. La danse contemporaine fait partie de sa vie de commissaire et chercheure. Elle réalise actuellement un projet de documentaire en danse contemporaine, Les forces de l’âge, avec Tamar Tembeck et Paul Tom et a commissarié l’exposition Danser à Montréal sur l’histoire de la danse à Montréal.

Jean-françois Boisvenue

Jean-François Boisvenue

Vidéaste associé

Jean-François est un artiste multidisciplinaire diplômé de l’École Supérieure de Théâtre de l’UQAM en 2006. Depuis, il a participé à de nombreuses œuvres scéniques comme interprète, concepteur vidéo, scénographe, metteur en scène et auteur. En 2017 il fonde sa compagnie de création interdisciplinaire OPTIKX avec laquelle il a produit plusieurs spectacles dont Nyctophobie présenté à Tangente en octobre 2021. Il est également cinéaste. Il a produit et réalisé un long-métrage, Toujours Encore, et de nombreux courts-métrages. Détenteur d’une maitrise en études allemandes et ayant commencé un doctorat en littérature comparée, il est fort intéressé par la recherche et ses œuvres présentent toujours un aspect documentaire.

Florian Grond

Florian Grond

Chercheur associé en son immersif

Florian Grond est un artiste des nouveaux médias spécialisé en son et un chercheur basé à Montréal. De 2003 à 2007, il a été artiste invité au Centre d’arts et de technologie des médias ZKM, à Karlsruhe, en Allemagne. En 2013, il a obtenu un doctorat de l’Université Bielefed en Allemagne suivi par un post doctorat de recherche-création au Laboratoire Input Devices and Music Interaction Laboratory (IDMIL) de l’Université McGill, où il s’est spécialisé en captation, mixage et diffusion du son immersif en ambisonie. Il représente ZYLIA et la technologie de captation sonore immersive en 6DoF (6 dégrée de liberté) et il était le premier au Canada à enregistrer et mixer du contenue sonore en 6Dof pendant sa recherche comme research associate dans le département de Music Research dans École de musique Schulich et le Shared Reality Lab du Center for intelligent machines à McGill.

Il était aussi membre du Critical Disability Studies Working Group de l’université de Concordia et il est collaborateur au Centre interdisciplinaire de recherche en musique, médias et technologie (CIRMMT). Boursier du CALQ et du CAC, sa pratique artistique est orientée plus particulièrement vers le son et le codesign. Membre du groupe Ce qui nous Lie à McGill, où il collabore en tant qu’artiste et chercheur avec Melissa Park sur plusieurs projets de recherche sur l’ethnographie sensorielle et la neurodiversité basée sur des médias immersifs.

Tica Mikol

Coordonnatrice des productions

Tica est une artiste et chercheuse installée à Montréal depuis l’automne 2019. Son intérêt se porte sur les influences des mythes et des icônes dans le processus de création identitaires contemporaines.

Parallèlement, elle participe activement à l’organisation d’évènements culturels allant autant des raves parties parisiennes à des concerts gratuits de grands pianistes européens dans les gares françaises.

À Montréal, elle intègre le monde culturel en 2021, avec la douzième édition du festival gratuit de documentaires dans l’espace public, Cinéma sous les étoiles et la septième édition du festival international du court métrage Longue Vue sur le Court. Elle coordonne la billetterie et le stationnement du festival de musique électronique et d’art visuels Illusion 2022.

C’est en tant qu’artiste 3D qu’elle participe à un travail de recherche-création développant un outil de médiation culturelle proposant une relecture de l’histoire de l’art par un biais décolonial initié par la collaboration du laboratoire Technès de l’Université de Montréal et le Musée des Beaux-Arts de Montréal.

Son dernier projet personnel présente l’Intelligence Artificielle d’Instagram comme une figure mythique contemporaine, une créature hybride de Narcisse et d’Écho. Une série de trois triptyques en 3D et de voix crée une discussion poétique et symbolique entre l’artiste et l’IA. Ce travail de recherche-création est un véritable appel à la prise de conscience du pouvoir du programme de Cassandra Apache sur les identités contemporaines qui se forment et se représentent tous les jours sur ce réseau virtuel rassemblant plus de 1,393 milliards d’utilisateurs actifs en 2022.

À la prémisse du printemps 2022, elle rejoint l’équipe SIT comme coordinatrice des productions.

Alice Blanchet-Gavouyère

Ariane Demers

Coordonnatrice technique

Depuis sa sortie du baccalauréat en danse, profil interprétation, de l’Université du Québec à Montréal en 2018, Ariane Demers enchaîne les explorations jumelant le langage chorégraphique à la recherche technologique. Pour poursuivre ses expérimentations, elle approfondit ses connaissances en extraction de données et en capture du mouvement tout en apprivoisant une variété de matériels et logiciels.

Après un contrat d’assistant technique au département de danse de l’UQAM sous la supervision Nicole Harbonnier et Camille Courier De Méré (2018), Ariane Demers rencontre Armando Menicacci et l’assiste lors de son cours Danse et Technologie en 2018-2019. Ariane Demers relève maintenant de nombreux défis à son poste de coordination technique des projets de SIT.

Également créateur.rice, Ariane Demers explore sa fascination pour les technologies numériques et le maillage technique/artistique dans son propre travail de création, sous le pseudonyme _Demerde. Suite à la mise en scène de sa première pièce, Comme tout le monde, à sa sortie de l’école en 2018, ses performances sont présentées à Passerelle 840 (2016, 2017), au Département de danse de l’UQAM (2018), en déambulatoire au festival Maipoils (2019) ainsi qu’à Danse buissonnière (2019). En 2020, iel réalise au Studio 303 une résidence de recherche-création en compagnie du créateur Matthy Laroche. En explorant l’excentricité, _Demerde nous pousse à contester notre vision de l’esthétique. L’identité Queer, l’expression genrée, le corps et l’inclusion sont des thématiques récurrentes dans ses explorations. Partagé.e entre interprétation et création, _Demerde travaille toujours dans une volonté de partage et de dialogue autour des normes.